Comptes rendus des séances mensuelles

Société Archéologique et Historique de Tarn-et-Garonne

Fondée en 1866

Séance du conseil d’administration du 13 février 2019

Séance tenue de 16h à 17h à l’Ancien Collège, 2 rue du Collège, 82000 Montauban

Présents : Mme Fraïsse, MM. L’abbé Passerat, Astoul, Delord, Fabre, Garrigou-Grandchamp, Naudin, Sabatié, Suspène.

Absents excusés : Mmes Bonnet et Gerber. M. Antich, Garric, Gauché, Laborie, Moureau.

Après le mot de bienvenue et l’annonce des membres absents excusés, le président fait part d’une remarque faite par un certain nombre de personnes assistant régulièrement à nos séances publiques souhaitant que soit avancée d’une heure – donc passage de 17h à 16h – la tenue de nos séances publiques au motif que le temps de route, en hiver principalement, présente quelque difficulté après 18h, d’autant que selon les sujets traités le temps additionnel consacré aux ‘’questions-réponses’’ peut être plus ou moins long. Les avis étant partagés la question sera reprise à une prochaine réunion.

Le président et Guy Astoul évoquent ensuite le congrès de la fédération de la région d’Occitanie se tenant dans notre département en octobre 2019 pour préciser qu’une séance des responsables en charge de la finalisation des thèmes et conférenciers retenus se tiendra le samedi 23 mars 2019, à 10h, au siège des Archives départementales de la Haute Garonne, à Toulouse.

Un point est ensuite fait sur les contributions à venir puis Norbert Sabatié précise qu’il traitera la conférence de décembre 2019 dont le thème devrait être : « Le timbre-poste et les 170 ans de son évolution, du Quercy à l’Occitanie ».

L’ordre du jour étant épuisé le président lève la séance rappelant que le 13 mars se tiendra à ces mêmes lieu et heure notre prochain conseil.

Le 22 février 2019

Le secrétaire des séances,

Didier Naudin

Séance Publique du 13 Févier 2019

Séance tenue de 17h à 18h à l’Ancien Collège, 2 rue du Collège, 82000 Montauban

Après le mot de bienvenue et l’annonce de conférences données par des Sociétés amies dans les semaines à venir le président Passerat présente, agrémentée d’une projection, le sujet de sa conférence intitulée : « Le prieuré sarladais de Saint-Sardos ». 

Il a bien voulu nous en communiquer la synthèse ci-dessous reproduite :

« La fondation de la sauveté de Saint-Sardos, village gascon du canton de Verdun-sur-Garonne, fêtera bientôt ses 900 ans d’existence. Nous possédons la charte de fondation de cette sauveté, créée le 1eroctobre 1122, à la suite d’une donation effectuée par Arnaud-Raimond de Bourret, seigneur du lieu. Avec l’accord de toute sa famille, le donateur cède son alleu de Grassunas sur lequel se trouvent déjà au moins trois églises, celles de Cadilan, Pleus et Saint-Germain. Cette donation pieuse, pour le salut de son âme, est faite au monastère bénédictin Saint-Sacerdos de Sarlat. C’est ainsi que le nom d’un ancien abbé de Sarlat, qui figure parmi les évêques de Limoges, se retrouve comme nom d’un village de la vallée de la Garonne (on le confond souvent avec un autre Saint-Sardos, situé en Agenais, dans le canton de Prayssas, connu pour une fameuse bataille par laquelle commença la Guerre de Cent Ans en Aquitaine, en 1323).

Depuis l’époque de la fondation, le village de Saint-Sardos a dépendu du chapitre de Sarlat jusqu’à la Révolution. Le culte du saint abbé-évêque limousin s’y est perpétué jusqu’à nos jours : il est fêté au début mai où l’on rappelle la date de sa mort, le 5 mai 720, à Argentat en Corrèze. Les vitraux de l’actuelle église de Saint-Sardos, comme ceux de la cathédrale de Sarlat, racontent les épisodes de sa vie légendaire.

Grâce à l’abondante documentation en notre possession, qui provient en grande partie des cartulaires de l’abbaye de Grandselve, fondée en en 1114 dans la vallée voisine de Nadesse, il est possible de mieux connaître la famille du donateur, Arnaud-Raimond de Bourret, qui se retrouve aussi comme bienfaiteur des cisterciens. Entre 1158 et 1176 les prieurs de Saint-Sardos signent plusieurs accords pour leur territoire, compris entre le site de l’abbaye sur la plaine qui domine la rive droite du Lambon et les abords de la Tessonne et de la Gimone jusqu’à Larrazet. Les granges de Nounas, de Berzac et de Saint-Germain (avec l’église) reviennent très souvent dans la riche documentation où il est question de donations, d’achats de terres déguisés en donations pieuses et de règlementation des pâturages afin d’éviter les débordements intempestifs des troupeaux !

Cette étude permettra de publier des pièces inédites, signalées par nos devanciers (Jouglar, Moulenq, les érudits du Périgord) et par Mireille Mousnier, pièces citées dans l’analyse précise des cartulaires (Histoire Générale du Languedoc, tome VIII ou collection Doat) mais jamais publiées intégralement, comme le texte même de la fondation de la sauveté. »

Prochaine Conférence : Mercredi 13 Mars 2019

« Archéologie du bâti de l’aile Est du cloître de Moissac »

par

Stéphane Bérhault

Le 22 février 2019

Le secrétaire des séances,

Didier Naudin